Conseil Achat Auto

 
 
  

Fiche Occasion
Base Occasion


 Petites annonces
Webmaster

Vente Auto


pub

Lancée d'avril 2000 à octobre 2004.


Fiche technique :
 
Moteur :

  8 cylindres en V, 16 soupapes.

Cylindrée :

  5 666 cm3.

Puissance réelle :

  345 ch.

Puissance fiscale :   26 cv.
Alimentation :   injection multipoint.
Energie :   essence.
Transmission :

  arrière.

Boîte de vitesses :

  manuelle, 6 vitesses.

Direction :   assistée.
Freins ABS :   oui.
Pneumatiques :
  245/45 ZR 17.
Dimensions :  
   - longueur :

  4.56 m.

   - largeur (hors rétroviseurs) :

  1.87 m.

   - hauteur :   1.21 m.
Vitesse maxi :   274 km/h.
Coffre :

  317 / 394 dm3 (décapoté / capoté).

Poids :   1 548 kg.
Réservoir :   71 l.
Consommation :  

   - autoroute :

  9.5 l / 100 km.

   - route :

  13.1 l / 100 km.

   - ville :

  19.4 l / 100 km.

Émission de CO2 :

  non connu gr/km.
 

L'équipement de série comprend :
    - Airbags conducteur et passager.
    - ABS.
    - Antidémarrage.
    - Climatisation automatique.
    - Direction à assistance variable.
    - Jantes en alliage.
    - Peinture métallisée.
    - Radio cassette.
    - Rétroviseurs électriques.
    - Sellerie en cuir.
    - Siège réglable en hauteur.
    - Verrouillage centralisé.
    - Vitres électriques avant.
    - Vitres teintées.
    - Volant réglable.
    - Système d'affichage tête haute des informations de conduite.
    - Allumage automatique des phares.
    - Pneus à roulage à plat.
Les plus :
    - Equipement.
    - Prestations.
    - Moteur.
Les moins :
    - Boîte automatique peu réactive.
Prix d'origine du modèle testé :
    70 400 €.
Prix d'occasion en 2017 :
    Non connu.
Conclusion (en partenariat avec Essai Automobile) :

Voilà bientôt cinquante ans que la Corvette participe au mythe des belles voitures. Au départ, elle fut décriée. Pour certains, il était impossible de produire en série une carrosserie en fibre de verre. Pour d’autres, inimaginable de confier la conduite d’une sportive à une boîte automatique. Et pourtant, depuis 50 ans, Chevrolet a largement réussi son pari. Même en Europe où les démesures américaines se paient cher en taxes. Aujourd’hui, elle est déclinée en boîte automatique 4 vitesses ou en boîte manuelle six vitesses. Celle-ci connaît un franc succès, même aux États-Unis.

Parce que, pour ce qui est de la consommation, la Corvette est étonnante. En moyenne, vous resterez aux alentours des 11 litres aux cent km. Je conviens que la ville la rend particulièrement gourmande. Sur route par contre, le moteur, ronflant à 1500 tours pour les 120 km/h en sixième, distille le carburant aux huit cylindres avec modération.

Évidemment, vous avez le loisir de cravacher les chevaux. Ils répondent “présents” tous en chœur, avec discrétion, et entraînent la tonne et demie avec une facilité déconcertante. Au-dessus des 4000 tours, la métamorphose est extraordinaire. Le couple et la puissance sont là, et ça pousse fort.

La stabilité de la voiture sur la route est à la hauteur des possibilités développées par le moteur. La direction est tellement précise que la moindre ornière se perçoit au volant. Le châssis révèle son équilibre et le contrôle de stabilité dynamique endigue les pertes de motricité et d’adhérence. Il autorise une légère dérive, ajoutant ainsi au plaisir de conduite.

Pas besoin de quitter la route des yeux pour lire votre vitesse. Elle s’affiche en permanence au pare-brise, sous forme d’hologramme.

L’ordinateur de bord distille ses informations au tableau.

Astuce : la disposition d’une rangée de boutons placés à droite du volant vous permet de choisir la donnée désirée sans devoir les passer toutes en revue.

La Corvette vous fait sortir de l’anonymat sur la route et surtout aux feux rouges en ville. Tous les regards sont attirés par ce cabriolet peu discret. Tout contribue à ce manque de discrétion : les dimensions de la voiture, l’avant au ras du sol, l’arrière massif et ses doubles sorties d’échappement, les jantes extra larges.

L’essai au mois de décembre ne m’a pas autorisé à ôter la capote : dommage ! Ça en aurait jeté encore plus encore…

Signalons aussi le rayon de braquage qui ne vous rend pas d’humeur à faire demi-tour en ville. Et la faible garde au sol du becquet en plastique qui impose de rester vigilant à l’approche de toutes les rampes et tous les casse-vitesse. Enfin, les essuies glaces sont bruyants en comparaison de ceux dont certains concurrents dotent leurs véhicules.
Constatons alors que le prix demandé est particulièrement compétitif compte tenu du niveau de performance.


Traduire la page :


Pour retrouver toutes les autres fiches occasions, suivez ce lien ici.
 
Fiche Mercedes ML 320 CDI V6 4Matic (présentée du 16 septembre au 15 octobre 2009)
Fiche Dacia Sandero 1.4 MPI 75 ch Ambiance (présentée du 02 au 15 septembre 2009)

Compteur Global gratuit sans inscription

visiteurs depuis janvier 2009

© 2001-2017 - Conseil Achat Auto.